La géopolitique Chine / Viêt Nam à l’heure du Covid-19 (entretien avec Laurent Gédéon)

Entretien de Laurent Gédéon, MCF à l’Université catholique de Lyon et chercheur à l’Institut d’Asie Orientale, sur Radio France Internationale (RFI) le 18 mai 2020. Réalisé par Thu Hang (RFI).


L’épidémie de Covid-19 a un impact direct et indirect sur les relations diplomatiques et économiques entre le Vietnam et la Chine, en particulier en ce qui concerne la situation en mer de Chine méridionale. Après une période de pause, les échanges commerciaux entre les deux pays ont repris progressivement. Cependant, la situation en mer de Chine méridionale est devenue plus tendue du fait que Pékin profite de la focalisation internationale sur la lutte contre l’épidémie pour accroître la pression militaire et consolider ses revendications de souveraineté en s’opposant aux autres pays en litige de la région.

Comment le gouvernement de Hanoi fait-il face à la stratégie de Pékin ? La pandémie de Covid-19 représentera-t-elle une opportunité pour le Vietnam d’attirer la sympathie de l’opinion publique internationale, en particulier face aux pressions chinoises de plus en plus dures en mer de Chine méridionale ?

RFI : Lorsque l’épidémie de Covid-19 est née en Chine, le gouvernement vietnamien a décrété de nombreuses mesures radicales, tandis que de nombreux pays sont restés hésitants et ont continué à autoriser les citoyens chinois à entrer sur leur territoire. De même, dès que l’épidémie a montré des signes d’affaiblissement, le Vietnam a rapidement ouvert sa frontière, reprenant le commerce avec la Chine. Comment comprendre cette détermination?

Laurent Gédéon : Le cas du Vietnam est remarquable, avec un peu plus de 300 cas d’infection à Covid-19 et aucun décès. Ce résultat donne au pays une place particulière dans le contexte de la lutte contre cette maladie. Et ce résultat est étroitement lié à la vigilance et la stratégie antiépidémique précoce du gouvernement.

Le gouvernement vietnamien a décrété très tôt trois mesures de fermeture : fermeture des écoles, suspension des vols entre le Vietnam et la Chine et fermeture de la frontière sino-vietnamienne. Bien sûr, cette décision a pesé lourdement sur l’économie mais cette conséquence a été assumée par les autorités vietnamiennes.

Pékin a d’abord considéré l’attitude des pays qui restreignaient l’entrée aux citoyens chinois comme inamicale. Mais cette position a évolué en raison de la multiplication des cas d’infection à coronavirus en dehors de la Chine. A son tour, la Chine a interdit l’entrée sur son territoire des citoyens des pays touchés par l’épidémie de Covid-19, dont le Vietnam, puis l’Italie et de nombreux autres pays européens.

C’est pourquoi les mesures prises par le Vietnam n’ont pas nécessairement été perçues de manière négative par Pékin mais plutôt interprétées comme la conséquence de la prise de conscience de la gravité de l’épidémie de Covid-19. Celle-ci impliquait de bloquer momentanément la circulation des personnes entre les deux pays mais sans effet sur les relations bilatérales à long terme.

Toutefois, la balance commerciale sino-vietnamienne montre que Pékin représente un partenaire très important pour Hanoi. Le Vietnam est économiquement dépendant de la Chine et les échanges avec son voisin contribuent pour une part importante à son PIB. Une fermeture prolongée de la frontière, même dans un contexte épidémique aurait donc des conséquences désavantageuses pour les deux pays.

RFI : Beaucoup de gens pensent que le Vietnam bénéficiera de la pandémie de Covid-19 parce que certaines entreprises étrangères opérant en Chine pourraient déménager au Vietnam. Comment Pékin envisage-t-il cette possibilité? Y a-t-il une concurrence entre les deux pays?

Laurent Gédéon : L’hypothèse d’une relocalisation au Vietnam des activités d’entreprises installées en Chine a été effectivement soulevée notamment par des acteurs politiques dans le souci de diversifier les fournisseurs et de ne plus dépendre de manière excessive d’un seul pays. Elle intervient aussi dans un contexte économique devenu moins favorable pour la Chine en raison de la hausse des coûts de production.

Il faut cependant préciser d’emblée qu’une relocalisation des entreprises, quand celles-ci sont privées, implique forcément une convergence d’intérêts entre les impératifs politiques et les intérêts privés. Or les intérêts des acteurs privés ne sont pas forcément ceux des gouvernements de leurs pays. Ce n’est donc pas parce que des Etats voient un avantage géopolitique à une relocalisation que celle-ci correspond forcément à l’intérêt économique des entreprises.

Ainsi, la « trop grande dépendance vis-à-vis de la Chine » invoquée pour encourager la relocalisation peut très bien ne pas être problématique pour des entreprises qui ont trouvé un avantage financier à investir en République populaire de Chine (RPC). En fait, il faudrait que le risque sanitaire ou sécuritaire s’avère durable pour les pousser à quitter ce pays, ou encore qu’il y ait une altération profonde de l’environnement socio-économique chinois.

En outre, relocaliser des lignes de production ne se fait pas en quelques semaines et nécessite une montée en puissance progressive dans le nouveau pays d’accueil ainsi qu’une baisse progressive dans l’ancien sous peine d’une rupture brutale de la production. Il faut donc, pour que cette stratégie soit mise en œuvre, que les incitations financières et réglementaires soient suffisamment attractives et que la crise se poursuive suffisamment longtemps pour que le processus apparaisse économiquement justifié.

Un autre point que je considère important est que le problème du Covid-19 n’a pas touché que la Chine mais bien l’ensemble des pays de la planète, notamment en Occident. Du point de vue de l’entreprise, la Chine ne représente donc pas un risque plus élevé qu’un autre pays.

Par ailleurs, la situation n’est pas la même pour les pays qui cherchent à faire revenir leurs entreprises sur le territoire national et ceux qui cherchent à « décrocher » les entreprises étrangères de Chine pour les attirer chez eux. Dans le premier cas, on trouve le Japon par exemple. Ainsi, dans le cadre de son plan de relance de plus de 900 milliards d’euros annoncé le 7 avril, Tokyo a ouvert une enveloppe de plus de 2 milliards d’euros pour les sociétés japonaises désireuses de rapatrier leurs lignes de production de Chine vers le Japon, une annonce qui a d’ailleurs été très mal reçue par Pékin.

Or le Vietnam se trouve dans le deuxième cas. Contrairement au Japon qui cherche à relocaliser ses propres entreprises, Hanoi cherche à attirer des entreprises étrangères sur son sol ce qui s’avère plus complexe.

En effet, il ne faut pas oublier la relocalisation des activités économiques au Vietnam implique deux difficultés pour le Vietnam : en termes de distance, le Vietnam est aussi loin que la Chine ce qui n’est pas forcément un avantage dans le cadre d’une préoccupation géopolitique liée à la distance trop grande entre le fournisseur et le client (par exemple, on a beaucoup parlé en France d’une relocalisation au Maghreb en raison de sa proximité avec le continent européen). Par ailleurs, les risques géopolitiques liés à la situation en mer de Chine méridionale peuvent faire hésiter les investisseurs (un blocage de la mer de Chine méridionale paralyserait quasi totalement les capacités d’exportation du Vietnam alors que celles de la Chine le seraient plus partiellement).

Dans tous les cas, il est certain qu’une politique délibérée, profitant de la crise du Covid et visant à attirer au Vietnam des entreprises actuellement installées en Chine, serait très mal perçue de Pékin. Elle deviendrait un élément de plus dans la rivalité entre les deux pays et serait probablement largement exploitée par la Chine en période de tension pour décrédibiliser la politique de Hanoi.

« Tout en luttant efficacement contre l’épidémie, le Vietnam garde un œil vigilant sur la Chine » (Laurent Gédéon)

RFI : Comment comprendre que les activités administratives et militaires sont menées avec une grande intensité par la Chine en mer de Chine méridionale? Que peut faire le Vietnam pour répondre, en tant que président de l’ASEAN, ainsi qu’en tant que partie affectée par les actions de la Chine?

Laurent Gédéon : Nous constatons de nombreuses provocations intentionnelles de la part de la Chine en mer de Chine méridionale. On peut donc penser que la Chine a profité de l’épidémie de Covid-19 pour tenter une sorte de « coup d’État diplomatique » afin de renforcer sa position.

Par ailleurs, la RPC a renvoyé pendant plusieurs semaines l’image d’un pays affaibli par l’épidémie et en retrait des affaires internationales. L’envoi du porte-avions Liaoning en mer de Chine méridionale avait donc pour objectif de rectifier cette image et de rappeler que la Chine restait une puissance active et qui devait continuer à apparaître crédible aux yeux des autres acteurs de la région y compris le Vietnam.

Le Vietnam peut effectivement tenter d’activer le levier de l’ASEAN mais les divisions au sein de l’Association sont nombreuses et certains pays, très liés à la Chine comme le Cambodge ou même la Thaïlande représentent des contrefeux très utiles pour Pékin. Il sera par conséquent sans doute difficile pour Hanoi de mobiliser l’ASEAN de manière directe contre la Chine. En revanche, le Vietnam peut profiter de sa présidence pour intensifier les efforts en vue de la conclusion d’un code de conduite (COC), un projet autour duquel il peut réunir un certain consensus parmi les membres de l’Association.

« Rester à la maison, c’est être patriote ! », affiche vietnamienne de lutte contre l’épidémie de Covid-19 © DR

RFI : Le Vietnam mène également une « diplomatie masquée », contrairement à une campagne similaire de la Chine considérée comme « arrogante », dans le style « sauveur ». Le gouvernement de Hanoi peut-il s’appuyer sur cette stratégie pour obtenir un soutien international sur la question de la mer de Chine méridionale?

Laurent Gédéon : L’efficacité de la lutte du Vietnam contre le coronavirus a généré une image très positive de ce pays dans le monde, une image qui a été abondamment relayée par les médias. La diplomatie des masques initiée par Hanoi a naturellement renforcé cette perception générale positive du pays. Ceci intervient de plus dans un contexte favorable lié à la signature de l’accord de libre-échange Vietnam-UE autour duquel beaucoup de communication a été effectuée.

C’est pourquoi la remise, le 7 avril, par le vice-ministre vietnamien des Affaires étrangères Tô Anh Dũng aux ambassadeurs de cinq pays européens (France, d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne et du Royaume-Uni) ainsi qu’à celui de l’Union européenne de 550 000 masques fabriqués au Vietnam représente indéniablement un acte de communication très fort et participe d’une forme de soft power vietnamien. Par ailleurs, le Vietnam a également fait parvenir des masques dans des pays voisins.

Or, parallèlement, on note le développement d’une stratégie d’influence particulièrement active de la Chine, qui tend à occulter ses erreurs dans la gestion initiale de l’épidémie en mettant en avant l’efficacité du modèle chinois de surveillance généralisée pour réduire l’épidémie. La Chine insiste également sur sa générosité par la mobilisation de ses capacités industrielles recouvrées au service des autres États, pour les aider à surmonter la crise, démontrant de façon de moins en moins implicite son caractère de « puissance bienveillante ». Pourtant, Pékin est accusé d’avoir caché l’étendue de l’épidémie initiale et de ne pas avoir signalé les infections et les décès. Des questions persistantes se posent également quant à l’origine du virus.

Dans ce contexte, la diplomatie des masques du Vietnam n’est sans doute pas suffisamment puissante pour contrer celle de la Chine mais Hanoi peut compter sur le fait que les opinions publiques occidentales sont de plus en plus sensibilisées à la question de la mer de Chine méridionale qui revient régulièrement dans les infos. Or, la manière dont la Chine a semblé profiter de la crise du coronavirus pour affermir ses positions grâce à son outil militaire à contribué à la dégradation de l’image du pays dans le contexte de  la lutte contre l’épidémie que nous venons de rappeler.

On peut aussi ajouter que ces actions sont intervenues dans un autre contexte qui est celui de l’appel au « cessez-le-feu mondial » lancé le 23 mars par le Secrétaire général de l’ONU pour mieux combattre la pandémie de COVID-19. Certes, il ne s’agit pas d’une guerre ouverte mais il s’agissait malgré tout d’actes militaires agressifs qui ne vont pas dans le sens d’une image internationale rassurante de la Chine. Je pense que ce sont là des éléments qui peuvent profiter au Vietnam dans son combat pour établir le bienfondé de sa position en mer de Chine méridionale.

RFI Vietnam remercie Laurent Gédéon, chercheur à l’École normale supérieure de Lyon.

Source en vietnamien : Thu Hằng với Laurent Gédéon, « Quan hệ Việt Nam – Trung Quốc thời Covid-19 », RFI Viêt Nam, 18/05/2020. URL : http://www.rfi.fr/vi/vi%E1%BB%87t-nam/20200518-quan-h%E1%BB%87-vi%E1%BB%87t-nam-trung-qu%E1%BB%91c-th%E1%BB%9Di-covid-19 (consulté le 29/05/2020).


Photo « à la une » : Jeu de timbre émis le 30 mars 2020 par la poste vietnamienne montrant l’engagement des forces vives de la nation (médecins, chercheurs, armée, police) dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Sur les timbres figurent la phrase suivante « Chung tay phòng, chống dịch COVID-19 » (Unissez-vous pour prévenir et combattre l’épidémie de COVID-19) © VNA


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search