Regards croisés sur la crise du coronavirus en Indonésie – Samia Kotele, Rémy Madinier, Andar Nubowo

Une contribution de l’Institut d’Asie Orientale sur l’Indonésie par Samia Kotele, Rémy Madinier et Andar Nubowo.


Comme de nombreux pays touchés par la pandémie, la crise liée à la propagation du Covid19 en Indonésie a produit son lot d’anecdotes pittoresques qui ont retenu l’attention de la communauté internationale. En témoigne les articles traduits par l’hebdomadaire Courrier international traitant d’un ancien camp pour prisonniers japonais, un temps ré-ouvert pour accueillir les malades (28 avril 2020) ; les rituels tribaux pratiqués à Kalimantan et Sumatra pour lutter contre le virus (26 mars et 27 avril 2020) ou encore les trésors d’imagination, comme de voyager dans une bétonnière, déployés par les Indonésiens souhaitant rejoindre leurs proches pour fêter la fin du Ramadan.

Mais au-delà de ces exemples au doux parfum d’exotisme, la crise du coronavirus, telle qu’on a pu la suivre à travers la presse indonésienne, a surtout concerné trois grands domaines dont nous tentons ici de rendre compte brièvement. Le premier est celui d’une opposition à première vue surprenante entre un gouvernement central, effrayé des conséquences économiques de la crise, et des pouvoirs locaux très concernés par la santé de leurs administrés ; le second touche à la question du sort des femmes dans cette crise ; le troisième est celui du rôle de l’islam.

1 – Une lutte d’influence entre État central et collectivités locales (Rémy Madinier CNRS-IAO)  

La crise du coronavirus illustre les difficultés provoquées par la pandémie dans de nombreux pays à revenus intermédiaires, trop riches pour ne rien faire, trop pauvres pour pouvoir se permettre une lutte vraiment efficace contre le virus. Peu préparé et ayant très mal anticipé l’arrivée de l’épidémie, malgré la proximité de l’Indonésie avec les premiers foyers déclarés, le gouvernement du président Jokowi s’est avant tout inquiété de ses possibles retombées économiques. Dans un pays régulièrement touché par des épidémies de dingue hémorragique (plus de 10 000 morts dans les semaines ayant précédé l’arrivée du coronavirus dans l’Archipel), les risques de pertes humaines ont sans doute semblé relatives. Comme dans de nombreux pays, le gouvernement indonésien a, durant plusieurs semaines, tenté de masquer son impréparation en développant un discours nationaliste, insistant sur le très faible nombre de malades et se concentrant sur les cas « importés » et la fermeture des frontières. Mais très vite des doutes sont apparus quant à la fiabilité des chiffres diffusés par les organismes officiels : à la date (2 mars) où le président annonçait les deux premiers cas confirmés, l’épidémie avait déjà frappé l­es voisins immédiats (Singapour et la Malaisie) depuis plusieurs semaines. Témoignant de cette défiance, plusieurs gouvernements régionaux avaient déjà pris, à cette date, des mesures, non préconisées par le gouvernement central, pour empêcher la propagation du virus, notamment en imposant des restrictions sur les rassemblements publics (Koran Tempo, 2 mars 2020). Le très faible de nombre de tests effectués (140 pour 270 millions d’habitants !) expliquait en grande partie le peu d’impact apparent de la pandémie en Indonésie.

Lorsque des mesures d’ampleur apparurent inévitables à la mi-mars, une bataille à fronts renversés débuta autour de la question du confinement. Alors que de nombreuses collectivités locales cherchaient à mettre en œuvre une limitation des déplacements, le président annonça qu’il n’y aurait pas de confinement (Kompas,17 mars 2020 ). Mais face à l’augmentation des cas confirmés et surtout soupçonnés, le gouvernement accepta finalement, le 1er avril, de mettre en place un plan de « Limitation sociale à grande échelle » (Pembatasan Sosial Berskala Besar, PSBB) ressemblant fort à un confinement souple ne voulant pas dire son nom. L’objectif du gouvernement était de reprendre quelque peu la main face à des régions agissant en ordre dispersé et surtout de bien leur faire comprendre qu’elles auraient à supporter les couts engendrés par les restrictions d’activités. La procédure, extrêmement bureaucratique, pour obtenir l’autorisation de mettre en place ces mesures fut sévèrement critiquée. La capitale, première région à effectuer sa demande, dut attendre près d’une semaine avant que son dossier ne soit accepté et, au 16 avril, seulement onze collectivités locales étaient habilitées à réglementer les déplacements de leurs administrés.

Deux raisons, connexes, expliquaient la frilosité du gouvernement. La première était liée à l’impact immédiat d’un confinement même léger pour les travailleurs du secteur dit informel, c’est-à-dire ne bénéficiant d’aucun contrat de travail et ne pouvant à ce titre prétendre à aucune indemnisation en cas de chômage.  Effrayé par l’exemple de l’Inde et alerté par les experts en santé publique, le président Jokowi craignait de voir des millions de ces travailleurs pauvres, fuir les grandes métropoles et diffuser l’épidémie dans l’ensemble du pays. A titre d’exemple, la seule interdiction des mototaxis à Jakarta, dans le cadre des mesures de distanciations, mit près de 2,5 millions de personnes au chômage à la mi-avril (Koran Tempo, 14 avril 2020).

Plus largement, l’inévitable ralentissement économique accompagnant toute mesure de confinement risquait de faire basculer dans la misère des dizaines de millions vivant juste au-dessus du seuil de pauvreté. Fin avril 2020, la province de Java-Ouest annonçait ainsi que plus de 60% de sa population avait demandé à bénéficier de l’aide sociale mise en place dans le cadre de l’épidémie. Les projections relatives à la chute inévitable de la croissance sont elles aussi inquiétantes : si cette dernière passait de 5% à 1% en 2020, une hypothèse crédible au vu de la situation des autres pays, près de 10 millions d’Indonésiens basculeraient dans l’extrême pauvreté.

Au-delà de ces tergiversations, il est toutefois un domaine dans lequel le gouvernement central est venu au secours des autorités régionales par une mesure forte : dès le 21 avril le président Jokowi décida d’interdire les traditionnels retours au village des fêtes de fin de Ramadan prévues pour le 24 mai. Connut sous le nom de mudik, ce gigantesque exil intérieur jette chaque année des dizaines de millions d’Indonésiens sur les routes, dans des bus et trains bondés, et constitue un véritable cauchemar pour les épidémiologistes. Mais, comme le montre Andar Buwono, comme tout ce qui touche à l’islam, le sujet était extrêmement sensible et le gouvernement ne pouvait se satisfaire en ce domaine du seul soutien des autorités scientifiques et des collectivités locales.

Au total, les tiraillements entre gouvernement central et autorités locales dans la gestion de la pandémie ont confirmé le lent glissement des institutions indonésiennes d’une République jacobine centralisée – fondée en 1945 pour contrer le projet Néerlandais d’un État fédéral préservant les intérêts de l’ancien colonisateur – vers une organisation du pouvoir plus conforme aux réalités de l’immense archipel. Amorcé au début des années 2000, le vaste mouvement de décentralisation confirme son utilité pour la gestion d’une crise comme celle du coronavirus.

Le 21 mai, l’Indonésie ne comptait officiellement que 1200 morts (au moins 5 fois plus selon la plupart des experts). Alors que certaines régions commençaient tout juste à être touchées, d’autres envisageait de sortir prochainement du  plan de « Distanciation sociale à grande échelle » pour se diriger vers un « nouveau normal » selon un système classant les différentes zones en fonctions de cinq couleurs, confirmant ainsi la nécessité d’un traitement différencié de la crise.

2 – Genre et COVID 19 en Indonésie (Samia Kotele, doctorante, IAO, Lyon 2)

Les premières mesures de quarantaine prises par le gouvernement indonésien ont alerté les organisations féministes quant au risque d’une augmentation des violences domestiques liées au confinement. La ministre des femmes Gusti Ayu Bintang Darmawati a déclaré le 23 avril 2020, 205 cas de violences (source PPPA Simfoni). Cette dernière a émis le souhait de mettre en place un plan d’action avec plusieurs ministères, institutions, et ONG. L’association féministe LBH APIK a quant à elle reçu à Jakarta depuis le 16 mars 2020, 97 plaintes pour violences1. La fermeture de nombreux centres d’hébergements publics à destination des victimes a conduit les organisations féministes à ouvrir des centres d’accueils temporaires avec peu de moyens. Plusieurs campagnes d’information et de sensibilisation ont été lancées à travers les réseaux sociaux et les médias traditionnels. La mise en place d’une ligne téléphonique, d’un soutien psychologique et d’une assistance juridique en ligne par plusieurs organisations féministes a essayé de répondre aux conséquences de cette crise sur les femmes.

Le 21 avril, jour de commémoration nationale de l’héroïne nationale Kartini, a été l’occasion pour la ministre des femmes de s’exprimer au sujet de la situation dans une conférence. Cette dernière appelle les femmes à ne « pas abandonner face au COVID 19 »2. Elle souligne une précarisation du statut des femmes qui représentent déjà 31 % des licenciements3. Par ailleurs, 37 millions de femmes indonésiennes sont à la tête de micro entreprises, un secteur très touché par les mesures de confinements. En mars 2020, 32 0000 migrants ont dû rentrer en Indonésie (70 % d’entre eux sont des femmes), la ministre a alerté les autorités sur les dangers que faisaient courir aux femmes ces retour imprévu4. L’opinion publique s’est ainsi émue de la mort de l’une d’entre elle qui n’était plus parvenu à se nourrir pendant plusieurs jours5.

Plusieurs articles appellent les femmes à jouer un rôle contre la propagation du virus.  Nombreuses sont celles qui se reconvertissent dans la fabrication de masques ou de gels hydro-alcooliques6. Les mères sont appelés à « faire respecter les mesures de confinement au sein de leur foyer »7.

La ministre des femmes souligne par ailleurs la charge mentale qui s’alourdit en cette période pour les femmes qui doivent poursuivre leur activité professionnelle en télétravail et assurer un soutien scolaire pour leurs enfants. Face aux inégalités socio-économiques qui se creusent, un programme en 10 points, intitulé « prendre soin de nos familles », a été lancé. Des équipes de bénévoles sont chargés de ravitailler les femmes et enfants en produits de première nécessité8. De nombreuses organisations islamiques ont lancé des programmes de solidarité à l’égard des familles les plus précaires.

La directrice de KOWANI (Congrès pour les femmes indonésiennes) Giwo Rubianto a, quant à elle, appelé le gouvernement à mettre en place des mesures sur le long terme concernant les violences domestiques et sexuelles à l’égard des femmes9. Parallèlement à ces campagnes les organisations féministes ont uni leurs efforts afin de contester une réforme sur la famille, violant la convention CEDAW ratifiée par l’Indonésie et renforçant l’inégalité de genre. De nombreuses conférences en ligne, ont été organisées par les mouvements féministes, mais également islamiques. Au sujet de la santé physique et mentale des femmes, des violences subies et du renforcement des stéréotypes de genre avec le confinement. Ces conférences live données sur Facebook, ou Instagram sont très suivies10.

Enfin selon les données de l’OMS 70 % du personnel de santé en Asie du Sud-est est composé de femmes. En Indonésie 71 % des médecins sont des femmes, ce qui les placent en première ligne dans le risque de contracter le virus11. De nombreux articles de presses sont consacrés à la protection du personnel soignant, et à des témoignages de vie des femmes dans ce secteur.

3 – La fermeture de mosquées indonésiennes pour endiguer le coronavirus (Andar Nubowo, doctorant, IAO-ENS Lyon)

L’annonce officielle de la propagation du Covid 19 en Indonésie au début du mois de mars (02/03/20), a entrainé la publication de fatwas (conseils religieux) par plusieurs organisations musulmanes modérées comme la Muhammadiyah12 et le Nahdlatul Ulama (NU)13 ainsi que par le Conseil des oulémas indonésiens (MUI)14. L’objectif était d’endiguer la propagation de la pandémie dans le pays musulman le plus peuplé au monde. Les fatwas demandent à tous les musulmans de rester chez eux et de ne pas venir à la mosquée pour la prière du vendredi et celles du ramadan (23 avril – 23 mai). 

Ces fatwas dîtes de « la prière chez soi » constituent une réponse plus ferme que la politique de Joko “Jokowi” Widodo contre le virus. Le gouvernement a été trop hésitant et a négligé l’impact de ce virus selon une large partie de l’opinion publique. Cette négligence l’a amené à prendre des mesures incohérentes. Un mois après l’annonce officielle en mars, le Président Jokowi a fini par obliger tous les citoyens à respecter un confinement partiel (pembatasan berskala besar) ; la distance sociale et l’interdiction de rentrer dans sa famille pour les fêtes marquant la fin du Ramadan (mudik) pour ceux qui habitent dans de grandes villes comme Jakarta, Semarang, et Surabaya15.

Ces fatwas ont causé une controverse parmi les conservateurs musulmans. Certains discours prennent le coronavirus pour « une malédiction des non-croyants et ennemis de l’islam ». En le qualifiant comme « le soldat d’Allah », pour punir les Chinois de leur politique répressive à l’égard des musulmans du Xinjiang, ces conservateurs sont persuadés que les musulmans pieux échapperont au virus16. Ils considèrent les fatwas mentionnées comme étant en contradiction avec la charia. Le mouvement conservateur Jamaah Tabligh continue à organiser des prières publiques17.  Au sein même des grandes organisations modérées (Muhammadiyah et NU), certains membres ont appelé à la désobéissance à l’égard de ces fatwas. Les dirigeants de Muhammadiyah, comme le président Haedar Nashir et le secrétaire Abdul Mu’tide ont été accusés de trahir l’islam18. Au sein du NU, un ouléma proche du président Jokowi a donné un prêche, devenu très populaire sur les réseaux sociaux, demandant aux musulmans de ne pas avoir peur du coronavirus19. Les musulmans, « doivent respecter leur créateur au lieu d’avoir peur de sa créature, le coronavirus ». Au début du Ramadan, certaines mosquées du NU ont continué à organiser des prières publiques. 

Mais l’explosion du nombre de cas de Covid-19 au sein des écoles coraniques de la Jemaah Tabligh20, a conduit ceux qui avaient d’abord défié les conseils de prudence à revoir leur position. Plusieurs oulémas qui avaient d’abord remis en question la réalité de l’épidémie ont finalement accordé leur soutien aux fatwas controversées21.

L’ustadz Abdul Shomad, dans une vidéo qui a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux, a ainsi demandé aux musulmans à rester chez eux et de faire la prière à la maison22.

Cette crise reflète ainsi l’opposition croissante courants conservateurs et progressistes sur la question et l’autorité du savoir en Islam. Les conservateurs ont interprété la pandémie du seul point de vue de la révélation (wahy), tandis que les modérés le considèrent sous le prisme de la révélation et de la science et de la raison. Le rejet des fatwas invitant à « la prière à la maison » témoigne aussi de la contestation de plus en plus vive au sein de la classe moyenne de l’autorité religieuse des grandes organisations qui structurent depuis près d’un siècle l’islam indonésien.


Notes

Tous les liens ont été vérifiés le lundi 25 mai 2020. Photo « à la une » : Magazine Tempo © Reuters / Ajeng Dinar Ulfiana.

  1. LBH APIK JAKARTA comunity, « Refleksi Hari Kartini di Tengah Covid 19 : Peningkatan KDRT terhadap perempuan », Magdalene, 21 avril 2020. URL : https://magdalene.co/story/refleksi-hari-kartini-ditengah-covid-19 []
  2. Sonya Hellen Sinombor, « Pandemi Covid 19 Mendera, KDRT Jadi Momok Perempuan », Kompas, 22 avril 2020. URL : https://bebas.kompas.id/baca/bebas-akses/2020/04/22/pandemi-covid-19-mendera-kdrt-jadi-momok-perempuan/ []
  3. Tsarina Maharani, « Menteri PPPA: Perempuan Rentan Jadi Korban kekerasan Selama pandemic Covid 19 », Kompas / Line Today, 23 avril 2020. URL : https://today.line.me/id/pc/article/Menteri+PPPA+Perempuan+Rentan+Jadi+Korban+Kekerasan+Selama+Pandemi+Covid+19-9lLxjg []
  4. Haryanti Puspa Sari, « Menteri PPPA Sebut Hampir 30 persen PHK Selama Pandemi Covid 19 », Kompas, 23 avril 2020. URL : https://nasional.kompas.com/read/2020/04/23/19181431/menteri-pppa-sebut-hampir-30-persen-pekerja-perempuan-kena-phk-selama []
  5. Acep Nazmudin, « Warga Meninggal Setelah 2 hari tidak makan, ini kata wali kota Serang », Kompas, 21 avril 2020. URL : https://regional.kompas.com/read/2020/04/21/17255981/warga-meninggal-setelah-2-hari-tidak-makan-ini-kata-wali-kota-serang []
  6. Sonya Hellen Sinombor, « Perempuan- perempuan yang berjuang di tengah Pandemi Covid 19 », Kompas, 21 avril 2020. URL : https://bebas.kompas.id/baca/bebas-akses/2020/04/21/perempuan-perempuan-yang-berjuang-di-tengah-pandemi-covid-19/ ; Abu Ubaidillah, « Jaga perekonomian, 3 kartini ini tetap berjuang di tengah Covid 19 », Detik News, 21 avril 2020. URL : https://news.detik.com/berita/d-4985471/jaga-perekonomian-3-kartini-ini-tetap-berjuang-di-tengah-covid-19 []
  7. Tim, « Menengok peran perempuan dalam pandemi Covid 19 », CNN Indonesia, 21 avril 2020. URL : https://www.cnnindonesia.com/gaya-hidup/20200421143955-284-495691/menengok-peran-perempuan-dalam-pandemi-covid-19 []
  8. Rapport du ministère des femmes, « Pentingnya peran perempuan sebagai kekuatan bangsa perangi Covid 19 », Kemenppa.go.id., 24 avril 2020. URL : https://www.kemenpppa.go.id/index.php/page/read/29/2646/pentingnya-peran-perempuan-sebagai-kekuatan-bangsa-perangi-covid-19 []
  9. Sonya Hellen Sinombor, « Pandemi Covid 19 Mendera, KDRT Jadi Momok Perempuan », Kompas, 22 avril 2020. URL : https://bebas.kompas.id/baca/bebas-akses/2020/04/22/pandemi-covid-19-mendera-kdrt-jadi-momok-perempuan/ []
  10. Heejung Chung, « How to stop Coronavirus Lockdown reinforcing sexist gender roles », Magdalene, 13 avril 2020. URL : https://magdalene.co/story/how-to-stop-coronavirus-lockdown-reinforcing-sexist-gender-roles []
  11. Dewi Komalasari, “Pemerintah melindungi kelompok rentan di tengah pandemic Covid 19”, Jurnal Perempuan, 15 avril 2020. URL : https://www.jurnalperempuan.org/warta-feminis/pemerintah-harus-fokus-melindungi-kelompok-rentan-di-tengah-pandemi-covid-19 []
  12. Majelis Tarjih dan Tajdid Pimpinan Pusat Muhammadiyah, Tuntunan Ibadah Pada Bulan Ramadhan: Di Masa Darurat Covid-19, Yogyakarta: MTT PP Muhammadiyah, 2020, 86 pages ; Luthfia Ayu Azanella, “Ini Fatwa Muhammadiyah jika Wabah Virus Corona Belum Reda Saat Ramadhan dan Idul Fitri”, Kompas, 30 mars 2020. URL : https://www.kompas.com/tren/read/2020/03/30/122055765/ini-fatwa-muhammadiyah-jika-wabah-virus-corona-belum-reda-saat-ramadhan-dan []
  13. Pengurus Besar Nahdlatul Ulama, “Surat Edaran 3953/C.I.034/04/2020,” PBNU Jakarta, 3 avril 2020; Sania Mashabi, « PBNU Imbau Umat Islam Lakukan Shalat Idul Fitri di Rumah Masing-masing », Kompas, 14 mai 2020. URL : https://nasional.kompas.com/read/2020/05/14/14034781/pbnu-imbau-umat-islam-lakukan-shalat-idul-fitri-di-rumah-masing-masing []
  14. “MUI issues fatwa, implementing ‘social distancing’ for Islamic worship,” The Jakarta Post, 17 mars 2020. URL : https://www.thejakartapost.com/news/2020/03/17/mui-issues-fatwa-implementing-social-distancing-for-islamic-worship.html []
  15. Marchio Irfan Gorbiano, “Jokowi Bans Mudik As Ramadan Approaches”, The The Jakarta Post, 21 avril 2020. URL : https://www.thejakartapost.com/news/2020/04/21/breaking-jokowi-bans-mudik-as-ramadan-approaches.html []
  16. Dany Garjito, “Ustaz Zulkifli Sebut Illuminati Adalah Dalang Virus Corona”, Suara.com, 11 Mars 2020. URL : https://www.suara.com/news/2020/03/11/171941/ustaz-zulkifli-sebut-illuminati-adalah-dalang-virus-corona []
  17. Ratna Ajeng Tejomukti,”Tanpa Ijin, Jamaah Tabligh Tetap Gelar Ijtima’ Dunia di Gowa”, Republika, 18 mars 2020. URL : https://republika.co.id/berita/q7e4lx327/tanpa-ijin-jamaah-tabligh-tetap-gelar-ijtima-dunia-di-gowa []
  18. La controverse autour d’un tel fatwa de Muhammadiyah et l’accusation de trahison de l’islam par le président de Muhammadiyah et son secretaire, Haedar Nashir et Abdul Mu’ti, ont ete circulé dans les Whatsapps groups des membres Muhammadiyah []
  19. A. Hernawan, “Virus Corona, Habib Luthfi, dan Black Death”, Gatra.com, 25 mars 2020. URL : https://www.gatra.com/detail/news/473236/kesehatan/virus-corona-habib-luthfi-dan-black-death []
  20. “Klaster Baru Corona Jatim di Ponpes Temboro Magetan”, CNN Indonesia, 20 avril 2020, https://www.cnnindonesia.com/nasional/20200420082257-20-495127/klaster-baru-corona-jatim-di-ponpes-temboro-magetan []
  21. “Pesan Habib Lutfi bin Yahya untuk Bangsa Terkait Mengatasi Virus Corona,” Sejatine Ngaji, 27 mars 2020. URL : https://www.youtube.com/watch?v=gaXmMOWFoRM []
  22. “Ustadz Abdul Somad Angkat Bicara Soal Muslim Tak Sholat Jumat 3x Berturut-turut Karena Corona”, TvoneNews, 3 avril 2020. URL : https://www.youtube.com/watch?v=RqjPJgvJPQY []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.